Clicky

Blog

[Interview] Loan Schwab, le plus jeune photographe !

Il y a quelques temps j’ai entendu parler d’un jeune photographe habitant pas très loin de chez moi, j’ai voulu en savoir plus et en cherchant un petit peu je suis tombé sur son site www.loanschwab.com et j’ai tout simplement été bluffé par les images qu’il y présentait ! Je l’ai alors contacté pour réaliser une petite interview et vous le faire découvrir.

 

Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

Salut Loan, peux-tu te présenter ?

Bonjour Lionel, bonjour à tous,
Je m’appel Loan et je suis né en Alsace en 1999. Ma fascination pour le règne animal, je la cultive quasiment depuis que j’ai l’âge de marcher. « Des bottes, un bâton, la nature et c’était bon, je pouvais m’occuper des heures « . A deux ans et demie déjà, ma passion pour les insectes et surtout les papillons. Le déclic vient début 2015 : je me lance avec un boîtier emprunté à mon Papa en immortalisant mon premier chevreuil, sabots plantés dans la neige.
Le virus de la photo animalière prend déjà racines. Je me documente, apprend les ficelles sur les sites web et forums spécialisés. Ça fait un an que j’ai commencé la photo animalière, à 16 ans. J’échange par mail avec des vieux routards de la photo animalière basés en France ou en Belgique.
« La photo animalière n’est pas une chose facile, même la plus difficile … »
Dès que j ai le temps, je pars en forêt. Se lever tôt est parfois pénible, mais de se retrouver sur le terrain efface tout : on est au calme et on voit des choses que les autres ne verront pas …
Je remercie tout particulièrement mes parents qui me soutiennent dans ma passion, c’est un véritable privilège de pouvoir observer la faune sauvage dans leurs habitat naturel qui me procure toujours autant d’émotions.

Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

Est ce que tu peux nous parler de ta pratique de la photo, ton approche, etc…

Je pratiques presque essentiellement de l’affût pour les espèces sensibles, car pour moi c’est cette méthode qui donne le plus de résultat et j’ai moins de risque de déranger l’animal. C’est grâce à l’affût que j’ai pu avoir une grande proximité avec l’animal sans qu’il me détecte. Parfois il m’arrive d’attendre plusieurs heures dans des conditions peu confortable quand le terrain ne le permet pas mais quand l’animal passe devant moi c’est un moment magique qui vous fais oublier toute ces heures d’attente. Je fais aussi de l’approche mais je ne suis jamais à bonne distance photographique sans que je me fasse repérer sauf pour les animaux peu farouches. J’aime particulièrement les mammifères, car pour moi ce sont eux qui me procure le plus de sensations et d’émotions durant mes sorties. Je fais aussi beaucoup de repérage pour trouver les indices de présence et leurs coins de passage.

Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

Peux tu nous en dire plus sur le matériel que tu utilises ? Aussi bien photo que pour les affûts, etc ?

J’utilise du matériel photo canon, j’ai deux boitier, le 7d mark II, le 5d mark III et un objectif 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM qui est vraiment polyvalent, je peux faire aussi bien de l’animalier que de la proxy pour les fleurs ou insectes. Pour le camouflage sa dépend vraiment de l’environnement, j’essaye d’utiliser au mieux les éléments naturels pour me fondre dans le décor. Je ne prend que des filets de camouflage surtout pour les mammifères, les tentes d’affût sont trop grosses et bruyantes mais j’en utilise une pour les oiseaux quand il n y a pas beaucoup de végétation pour me cacher ou si le temps est mauvais. Je trouve que le meilleur camouflage ce sera toujours ce que la nature nous offre et dans ce cas à bon vent on peut être très prés de grands mammifères sans se faire repérer.

Quelle est ta photo préférée et peux tu nous expliquer pourquoi ou nous raconter l’anecdote qui va avec ?

 Ma photo préférée est celle d’un renard forestier qui s’est approché très près de moi pendant que je faisais de l’affût pour les oiseaux d’eau au bord d’un étang en pleine forêt. Alors j’ai commencé à faire de l’affût tout les matins et c’est la que j’ai vécu des moments très fort en émotion car il passait un jour sur deux vers la même heure, c’était un instant de rêve. J’ai pu le photographier et l’observer à plusieurs reprises, il était même trop près un moment et n’avais aucune crainte quand il a reniflé mon odeur. J’ai vu ce renard pendant 1 semaine mais depuis je ne le revois plus. Une chose est sûre, cette rencontre magique est gravée dans ma mémoire.
Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

As tu des photographes célèbre ou non qui t’inspire dans ta pratique de la photo nature ?

J’ai plusieurs photographes qui m’inspirent, cela fait maintenant un an et demi que je parle avec Jean-Marie Chipot des hautes Vosges que j’admire, il a beaucoup d’expérience avec des photos superbes, c’est un grand ami à moi que j’ai déjà rencontré, un photographe discret que j’adore !
Ensuite Philippe Moës de Belgique qui m’inspire énormément, je suis aussi régulièrement en contact avec lui et fait un travail tout simplement exceptionnel.
Et un troisième photographe que j’ai appris à connaitre chez lui, Claude Le Pennec du Jura, grand naturaliste et véritable homme des bois.
J’ai été impressionné par ses anecdotes qu’il m’a raconté et à beaucoup d’expériences accompagnées de très belles photos.
Ce sont ces trois photographes d’ailleurs que j’ai rencontré en personne qui m’ont beaucoup appris et conseillé en ayant été très honnête avec moi.
Je dis ça car tout au début j’ai fais une mauvaise expérience avec un photographe qui me laisse un très mauvais souvenir.

Est ce que tu aurais un conseil à donner à quelqu’un qui débute dans la photo animalière ?

Pour quelqu’un qui débute en photo animalière, je pense qu’il faut d’abords connaitre l’espèce que l’on veut photographier, ensuite de faire beaucoup de repérage en forêt pour trouver les indices de présence et les coins de passage ou de chercher prairie et clairière ou les grands mammifères viennent se nourrir. Après il faut passer de longues heures à observer et écouter les habitants de la forêt…

Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

Est ce que tu as encore quelques choses que tu veux dire ?

J’ai encore un autre « message » à délivrer, lorsqu’une image a été photographié dans le milieu naturel et dans le respect de l’animal sauvage, que l’on ressent cette tranquillité et cette force de la nature, c’est immense.
Le parcours d’immensités sauvages à la recherche d’indices, les sentiments extrêmes lors des rencontres fugaces, au lieu de cela, on apprend que le photographe attend les animaux derrière un grillage …
Pour moi cette déception est légitime et de nombreux photographes amateurs osent comparer une image de cerf de parc où la difficulté majeure est de ne pas avoir de clôture, avec celle d’un cerf sauvage « arraché ».
Ces deux approches ne sont absolument pas comparable. Avec les canards colvert,etc… c’est pareil beaucoup de photographes vont où ils sont habitués à l’homme, et nourries !
Moi j’ai chercher un étang sauvage ou je dois me mettre à l’affût,et à la moindre silhouette ils s’envolent…
C’est une question d’honnêteté intellectuelle et la réputation des photographes naturalistes.

Photo : Loan Schwab

Photo : Loan Schwab

Merci Loan, nul doute que l’on entendra parler de toi dans les prochaines années.

Pour celles et ceux qui voudraient voir plus d’images ou contacter Loan, n’hésitez pas à faire un tour sur son site :

www.loanschwab.com

Partagez cet article avec vos amis : Facebooktwittergoogle_plusmail

Soyez le premier à publier un commentaire.